Sites partenaires
ABONNEZ-VOUS
A LA LETTRE
DE LA LÉGITIMITÉ 
  • Grey Facebook Icon
Please reload

Posts Récents

Retour en image sur le messe de la Fondation de l’Hôtel des Invalides

October 30, 2019

1/8
Please reload

Posts à l'affiche

Madame la Duchesse d’Anjou a 34 ans !

October 21, 2017

A l’occasion de cet anniversaire, et en raison aussi de la vive émotion que suscitent les événements en Catalogne, ancien comté de Barcelone qui deviendra le Royaume d’Aragon au XIIème siècle, j’évoquerai les origines familiales d’une autre Reine de France prénommée Marguerite : Marguerite de Provence (1221-1295), épouse de Saint Louis.

 

Marguerite de Provence est la fille aînée de Raimond-Béranger IV, comte de Provence, de la maison de Barcelone, et de Garsende, comtesse de Forcalquier, de la maison de Sabran.

 

A l’époque en effet, le Roussillon et la Provence sont des possessions de la maison de Barcelone. Le grand-père de Raimond-Béranger IV était Alphonse II, Roi d’Aragon.

 

Le comté de Provence s’étend alors sur un territoire longeant la côte méditerranéenne depuis la ville actuelle de Menton à celle d’Aigues Mortes. Il remonte ensuite le long du Petit Rhône jusqu’à Nîmes, traverse le Rhône à Tarascon et suit la Durance qui est sa frontière septentrionale, jusqu’à Briançon, redescendant enfin la frontière du Piémont savoyard pour retourner à Menton. Il couvre donc à peu près les territoires des départements actuels des Alpes Maritimes, du Var, des Bouches du Rhône, du sud-est du Gard, des Alpes de Haute Provence et des Hautes Alpes.

 

Un siècle avant la naissance de notre future Reine, le comté de Provence passe dans la maison de Barcelone lorsque le comte de Barcelone, Raimond-Béranger III, dit le Grand (1082-1131), épouse, en 1112, Douce de Gévaudan, fille de Gilbert Ier, comte de Gévaudan, et de Gerberge d’Arles, comtesse de Provence. Deux jours avant le mariage, Gerberge a cédé à sa fille le comté de Provence que celle-ci cède à son tour à son mari le jour du mariage. L’année suivante, elle lui cède l’ensemble des droits comtaux sur la Provence.

 

Le nouveau comte de Provence entre alors en conflit avec le comte de Toulouse, Alphonse Jourdain, descendant d’une autre branche de la maison de Provence. En 1125, un traité est conclu entre les deux prétendants : le comte de Toulouse reçoit la partie du comté de Provence située au nord de la Durance, qui devient le marquisat de Provence, tandis que le comte de Barcelone conserve la partie du comté située au sud.

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous
Rechercher par Tags